Leadership intellectuel

Comment être un vrai leader à l’ère de l’idéecentrisme

Maintenant que nous vous avons montré pourquoi, à l’ère de l’idéecentrisme, les grandes idées sont si importantes, laissez-nous répondre à la question du « comment ».

Mais avant tout, un peu de contexte. C’est à l’été 2007 que nous avons décidé d’utiliser notre outil propriétaire, le processus de cartographie structurale (Structural Mapping Process, ou SMP), pour nous attaquer à un sujet qui intéressera la plupart des lecteurs de ce blogue : comment être un vrai leader au 21e siècle.

Sans oublier que le leader doit avoir les bonnes dispositions intérieures pour accueillir et mettre en œuvre de nouvelles idées.

Au siècle dernier, plusieurs pensaient – parce que c’est ce qu’on enseignait –, que le leadership était une affaire de charisme, de puissance, d’intelligence rationnelle, de charme et d’aptitudes oratoires. Bien que ces attributs et compétences soient des atouts indéniables, on nous a amenés à croire qu’ils étaient indispensables au leadership; or nous étions souvent déçus. Bill Clinton par exemple, possiblement le président américain le plus charmant et le plus brillant des temps modernes, a perdu sa crédibilité, et son deuxième mandat s’est trouvé entaché par un scandale.

En août 2007, nous avons dressé un SMP à partir de l’énoncé suivant : « je suis un vrai leader du 21e siècle », et les résultats ont été éloquents, voire prophétiques. Ce qui en est ressorti, c’est qu’en matière de leadership, trois éléments sont essentiels, soit l’intuition, la vision/l’imagination et le souci de ses électeurs. Mais les résultats ont aussi permis de mettre en lumière les éléments indissociables d’un leadership réussi :

  1. Penser et agir librement;
  2. Avoir une démarche actuelle et originale;
  3. Être fiable et capable de se fier aux autres;
  4. Être en paix intérieurement et stable.

Notre processus de cartographie vise la découverte des mèmes à l’origine d’attitudes et de comportements intrinsèques à notre espèce. Les idées ci-dessus constituent un mème fort, une séquence qui se réplique automatiquement et qui est particulièrement révélatrice en ce qu’elle reflète l’essence du leadership à l’ère de l’idéecentrisme. Chacune des idées, et le mème dans son ensemble, a une incidence directe et marquée sur la façon dont un leader met en place les conditions nécessaires à la créativité et à l’émergence de grandes idées. Il est impératif de se libérer des entraves à la pensée créative que de nombreuses organisations s’imposent, de s’intéresser et de s’ouvrir à de nouvelles pratiques et d’établir un climat de confiance propice à l’exploration des idées. Sans oublier que le leader doit avoir les bonnes dispositions intérieures pour accueillir et mettre en œuvre de nouvelles idées.

Pour conclure l’histoire, nous nous sommes servis de notre carte pour évaluer les élections présidentielles américaines de 2008. C’est ainsi que quinze mois avant l’élection, nous avons pu déterminer que le seul candidat présentant toutes les qualités d’un vrai leader était un jeune sénateur de l’Illinois dont le nom était encore peu connu : Barack Obama. Nous avons donc prédit que si celui-ci continuait à répondre aux critères du modèle, il serait élu candidat démocrate et deviendrait président.

Plus récemment, un de mes collègues m’a demandé d’utiliser ce modèle pour prédire, un jour avant les élections, qui serait le prochain premier ministre du Canada. Alors que les sondages annonçaient une lutte serrée entre les trois candidats, nous en sommes venus à la conclusion que Justin Trudeau allait remporter les élections haut la main, parce qu’il était celui qui répondait le plus aux critères du modèle (et non, les membres de l’Institut ne sont pas tous libéraux). Vous connaissez la suite.

Dans nos prochaines publications, nous vous parlerons de notre modèle et de la corrélation directe entre la libération de la créativité au sein de votre organisation et la mise en œuvre réussie de nouvelles idées.

Réunis, ces concepts vous permettront de dresser un portrait plus exhaustif de ce qu’est un leadership réussi à l’ère de l’idéecentrisme, et de la direction à prendre pour y arriver.

Retour aux nouvelles