Développez votre pensée

Les Grandes Idées – Comment Cerner Votre « Pourquoi »

La célèbre conférence TEDx de Simon Sinek, datant de 2009, compte parmi ces classiques qu’on ne se lasse pas de revoir. Et pour cause : dans son excellente prestation, il réussit à nous démontrer l’importance pour une entreprise de cerner puis de communiquer son « pourquoi », pas juste son « quoi » ou son « comment ». Nous avons ajouté le lien vers cette formidable conférence au bas de cet article, pour votre plaisir.

Pour exprimer le tout dans le jargon de l’Institut, disons que toutes les grandes idées répondent fondamentalement à la question du « pourquoi », comme dans : « pourquoi devrais-je choisir votre marque, votre produit ou votre idée? » ou bien « pourquoi cela devrait-il m’intéresser? ». Une entreprise ou une organisation qui ne se pose pas la question du « pourquoi » se prive de cette grande idée capable d’agir comme un axe central. Sony a cessé il y a longtemps de nous expliquer pourquoi nous devrions être intéressés par ses produits, et ce, malgré leur qualité et l’armée d’ingénieurs brillants qui les fabriquent. En dépit d’annonces répétées mettant en valeur son « quoi », l’entreprise a fini par perdre notre intérêt pour de bon, emportée par le raz-de-marée du « pourquoi » provoqué par Apple et Samsung.

Nous connaissons maintenant l’importance de trouver son « pourquoi »; mais comment y arriver?

Nous connaissons maintenant l’importance de trouver son « pourquoi »; mais comment y arriver? La réponse simple : venez travailler avec nous, car nous savons faire parler votre intuition. Ce n’est toutefois pas une réponse satisfaisante pour les lecteurs de cet article.

Laissez-nous vous présenter quelques principes de base, plutôt qu’un procédé en soi.

  1. Votre « pourquoi » doit répondre à un besoin non satisfait au sein du marché.

De nos jours, se contenter d’offrir une version à peine améliorée d’un produit déjà offert ne suffit plus. On doit repérer un besoin (psychologique et fonctionnel) qui n’est comblé par personne ou même encore inconnu, et y répondre.

  1. Votre « pourquoi » doit traduire une passion et une compétence réelles de votre organisation.

Un peu comme l’illustre le diagramme de Venn proposé par Jim Collins dans son livre Good to Great (passion, talent, moteur économique), votre « pourquoi » doit toucher à un élément authentique et fondamental de votre organisation, sur les plans fonctionnel et spirituel. Si vous n’êtes pas sincère, vous n’excellerez pas. Si vous n’excellez pas, vous ne devriez pas faire ce que vous faites.

  1. Vous devez impliquer votre organisation dans la recherche du « pourquoi ».

On ne le dira jamais assez : le « pourquoi » ne peut simplement provenir de l’éclair de génie qui a frappé le patron sous sa douche au chalet. Aujourd’hui, un « pourquoi » puissant doit frayer son chemin à travers toutes les sphères de l’organisation et en constituer la voix.

Il y a plusieurs années, nous avons collaboré étroitement avec une entreprise américaine du Fortune 100 à la création de sa vision stratégique décennale. Bien que le directeur général ait assisté à toutes les rencontres, il n’a participé à aucune d’entre elles, laissant plutôt son équipe de 54 cadres supérieurs explorer des concepts variés jusqu’à ce qu’ils arrivent – assez unanimement – à une vision commune. Celle-ci a été par la suite retravaillée et précisée en collaboration avec les gestionnaires intermédiaires.

Fait remarquable, le directeur général avait déjà ciblé, avant même notre collaboration, une vision pratiquement identique à la nôtre, mais avait choisi de la garder pour lui, préférant ne la divulguer au reste de l’équipe qu’à la fin du processus. À la surprise générale, nous étions tous arrivés aux mêmes conclusions. Le directeur général avait donc fait confiance à ses employés en les laissant élaborer et s’approprier leur propre vision. Ainsi, au lieu de les forcer à adopter son « pourquoi », il a eu le plaisir de les regarder faire preuve d’imagination et de leadership.

La morale de cette histoire : le chemin menant au « pourquoi » est aussi important que le « pourquoi » lui-même.

Voici le lien vers la conférence de M. Sinek :

Retour aux nouvelles